A
- Agencement de
Magasins
- Agences de Publicité
- Agences de Voyages
- Alimentation &
Boissons
- Appartements
Meublés
- Architectes
- Architecture
Intérieure / Décoration
- Artisanat
- Assurances


B
- Banques
- Beauté
- Bijouteries


C
- Cafés
- Commerce
- Consultants


D
- Décoration &
Ameublement
- Décoration Extérieure


E
- Environnement /
Traitement Déchets
- Equipements de
Bureaux / Electronique
- Equipement : service
alimentaire, traiteur,
cuisine, blanchisserie


F
- Fleuristes


H
- Hotels 3
- Hotels 4 & 5


I
- Immobilier
- Imprimeries
- Industrie
- Informatique
- Internet


L
- Location de voitures
- Loisirs
- Luminaires


M
- Médias
- Messageries Rapides


P
- Patisseries Orientales,
Patisseries, Chocolats


R
- Restaurants


S
- Securité
- Santé / Technologie
- Services Financiers
- Supermarchés


T
- Télécommunication &
Téléphonie
- Transport










 


 
Retour aux Archives Retours aux infos
English Version

Culture: IJDAN, ou l’émotion retrouvée

Darat Al Funun termine l’année célébrant Amman comme Capitale Culturelle Arabe 2002 par une grande exposition jusqu’au 20 février prochain des oeuvres de la Princesse Wijdan dans le bâtiment principal de la ‘Maison des Arts’.

Peu d'artistes ont un Curriculum Vitae aussi riche que son Altesse Royale la Princesse Wijdan.

Née à Bagdad en 1939, elle est licenciée ès lettres en histoire de l’Université Américaine du Liban et devient, en 1962, titulaire d'un diplôme supérieur en Art Islamique contemporain de l’Université de Londres. Première femme à représenter la Jordanie à l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies, elle fonde la Société Royale des Beaux-arts ainsi que la Galerie nationale des Beaux-arts à Amman, dont elle assure la présidence, et est actuellement la doyenne de l’Université jordanienne des Arts Appliqués. Elle est également l’auteur de nombreux ouvrages dont « L'art moderne en Jordanie » et

« Qu'est-ce que l'Art islamique ? » Elle est, de plus, professeur en Histoire de l'Art islamique à l'Université d’Al Al-Bayt à Mafraq, et enseigne à l'Institut de Diplomatie d'Amman. Parmi les récompenses multiples qu’elle a obtenues, on peut citer la décoration d’Officier des Arts, remise par le Ministère français de la Culture, et elle a été récemment honorée de la Biennale ‘Al Sharjah’ pour les réalisations de sa vie. Cette 23e exposition en solo depuis 1963, intitulée "Trois étapes en quatre décennies", présente plus de 100 travaux répartis dans trois salles selon les styles abordés - paysages, calligraphie et art abstrait. La première salle de Darat al Funun présente son expérience impressionniste des paysages dont le thème central est sa passion quasi-obsédante pour le désert, qui a débuté en 1980 et vers qui elle revient toujours. « Peindre le désert est une période qui ne finira jamais…Je peux peindre des scènes de verdure et de plaines, mais je reviens toujours vers mon véritable amour, le désert. »

Cette salle est entièrement dédiée à la vision du Wadi Rum de Wijdan et d’autres déserts de Jordanie aux couleurs aveuglantes et gorgées de soleil, parmi lesquels quelques peintures verdoyantes des plaines du Jourdain et des cyprès environnants d’Amman font figure d’âmes perdues dans l’immensité du désert. La force de cet attachement viscéral se comprend parfaitement par ces mots de Wijdan : « le Désert, symbole de pureté pour l’humanité et partie indomptable de la planète dont aucun homme ne pourra jamais triompher. » Face à l’omniprésence du thème du désert, il est cependant intéressant de remarquer les premiers tableaux de l’artiste, réalisés dès 1958, date à partir de laquelle elle s'initie à la peinture en fréquentant les ateliers des peintres Armando Bruno et Muhanna Durra installés à Amman, et grâce à son professeur français Alice Ladoux avec qui elle peint son premier travail. « Au départ, c'était un passe-temps.

Puis la peinture est devenue une part importante de ma vie » raconte-t-elle. A cette époque, elle découvre le pouvoir formidablement éloquent de la couleur. « La couleur signifiait tout pour moi. C’était un langage que je venais de découvrir. Je voulais le célébrer tout le temps » précise Wijdan. Avant de passer à la deuxième salle, le visiteur sera interpellé par le portrait de l’artiste peint par Ali Jabri sous forme de triptyque. A ne pas manquer également la série de peintures ‘Istanbul’, période de la vie de Wijdan « la plus charmante » selon ses termes. Elle est en effet tombée amoureuse des ombres et lumières, de la gloire du passé de cette ville magique. En entrant dans la période Calligraphie de Wijdan, le visiteur est projeté dans une composition visuelle et graphique. Il émerge des mots arabes calligraphiés une poésie et une esthétique qui apaise les tourments. « Quand je traverse des crises, je reviens immédiatement à la calligraphie. Il n’y a que les mots qui puissent exprimer mes pensées. J'utilise la calligraphie pour la composition du tableau mais aussi pour sa signification » confie-t-elle.

Après la défaite de 1967, tragédie qui l’a profondément affectée, Wijdan ne pouvait plus utiliser les couleurs ; elle a donc réalisé son premier travail calligraphique en noir et blanc avec des versets du Coran. Puis, « après la guerre du Golfe, j'ai peint une série intitulée Karbala, référence à la ville où le petit-fils du prophète Mohammed, Hussein, a été assassiné. A cette époque, j'avais le sentiment que les images n'étaient pas assez fortes pour exprimer mes sentiments et j'ai éprouvé le besoin d'intégrer des mots calligraphiés dans mes tableaux.» La calligraphie est son moyen de plonger dans ses racines arabes. La dernière partie de cette rétrospective sur Wijdan est centrée sur l’art abstrait que l’artiste a entamé dans les années soixante et soixante-dix et qu’elle définit ainsi : « Au commencement, je voulais faire chanter la couleur et mes œuvres abstraites sont donc une explosion de couleurs. »

Si l’on veut résumer le travail de Wijdan en un mot, le terme « humble » est le plus approprié et représentatif de cette personnalité, en plus d’être une qualité essentielle pour une artiste talentueuse qui lui permet de continuer et de puiser en elle la force nécessaire à toute création. Comme elle le dit si simplement pour conclure, « je n’ai pas d’histoire à raconter sur mes oeuvres. Je transmets mes sentiments dans mes peintures. Chaque œuvre représente un moment de ma vie, une mémoire qui évoque une myriade d’émotions. » Wijdan vous offre à Darat al Funun des instants d’émotions…A ne pas manquer !


Amman,14Janvier2003
Léticia Franiau-Al Sharaia
The Star


Géographie
Quelques Repères
A Voir en Jordanie
Vue d'Ensemble
Foires & Salons
Adresses Utiles
Médias de 1stjordan
Impact de 1stjordan
La 1stjordan Card
Revue de Presse
Traçabilité fruits et légumes, Gestion commerciale fruits et légumes, Etiquetage fruits et légumes
www.informia.fr
Exotica - Fleuriste Vente en ligne
www.exotica.com.lb
Ingénierie et Conseil Liban
www.spectrumlb.com
Bijouterie Liban
www.nsoulijewelry.com
Hotel à Beyrouth, Liban
acropolishotel.com
Location vacances
maisons-vacances.fr
Agence web France, Déploiement Drupal
ebizproduction.com
Arab Printing Press Liban
www.arab-printing-press.com
Hotel Beyrouth Liban
www.hotelcavalier.com
Hotels en Syrie
www.chamhotels.com