A
- Agencement de
Magasins
- Agences de Publicité
- Agences de Voyages
- Alimentation &
Boissons
- Appartements
Meublés
- Architectes
- Architecture
Intérieure / Décoration
- Artisanat
- Assurances


B
- Banques
- Beauté
- Bijouteries


C
- Cafés
- Commerce
- Consultants


D
- Décoration &
Ameublement
- Décoration Extérieure


E
- Environnement /
Traitement Déchets
- Equipements de
Bureaux / Electronique
- Equipement : service
alimentaire, traiteur,
cuisine, blanchisserie


F
- Fleuristes


H
- Hotels 3
- Hotels 4 & 5


I
- Immobilier
- Imprimeries
- Industrie
- Informatique
- Internet


L
- Location de voitures
- Loisirs
- Luminaires


M
- Médias
- Messageries Rapides


P
- Patisseries Orientales,
Patisseries, Chocolats


R
- Restaurants


S
- Securité
- Santé / Technologie
- Services Financiers
- Supermarchés


T
- Télécommunication &
Téléphonie
- Transport










 


 
Retour aux Archives Retours aux infos
English Version

L'OPEP menacée par le contrôle américain du pétrole irakien

· Le cartel se réunit jeudi prochain et pourrait décider de réduire sa production

Les Etats-Unis pourraient profiter de leur prise de contrôle de l'Irak pour y produire le plus de pétrole possible, ce qui déstabiliserait l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Mais ce scénario semble peu probable, selon la majorité des experts.

Certains observateurs estiment que les Etats-Unis pourraient décider de faire marcher à plein régime la pompe à pétrole en Irak en passant outre les recommandations de l'OPEP et de l'ONU, ce qui entraînerait une surabondance et ferait plonger les prix de l'or noir. Inquiet d'une telle éventualité, le cartel pétrolier se réunit jeudi prochain et pourrait décider de réduire sa production. "L'Irak est encore membre de l'OPEP mais si les Etats-Unis décident de l'ignorer et de pomper le plus possible de pétrole irakien, cela pourrait être le début de la fin pour le cartel", estime Mike Fitzpatrick, analyste de la maison de courtage Fimat. Comme le remarque cet analyste, avec la guerre en Irak, "les Etats-Unis ont aussi dit qu'ils avaient pour objectif de changer la politique au Moyen-Orient" et "en finir avec le statu quo".

Le New York Times évoquait de son côté la semaine dernière "des tentatives d'utiliser la capacité de production pétrolière irakienne pour casser le pouvoir de l'OPEP". En outre, les exportations de pétrole irakien sont paralysées par un véritable imbroglio juridique. Depuis le début de la guerre, le programme "pétrole contre nourriture", sous contrôle de l'ONU, est suspendu. Le brut irakien a continué d'être acheminé pendant la guerre au port turc de Ceyhan en raison de la disparition de facto de la Somo, la société publique irakienne de commercialisation du pétrole, le seul organisme habilité à signer des contrats pétroliers en Irak.

Un blocage juridique prolongé pourrait aggraver la situation. "Sans une reprise rapide des exportations de pétrole, les puits du nord pourraient se retrouver fermés pour une période indéterminée", a affirmé vendredi le Wall Street Journal, citant le génie civil américain. D'autant plus que l'OPEP n'a pas dit son dernier mot. Hossein Afarideh, président de la Commission de l'énergie du parlement iranien, a averti ainsi que "le non-respect des quotas (de l'Irak) aboutira à une guerre des prix".

-----------------------------------------------------------------

La Russie, grande perdante

Il est fort probable que tous les anciens contrats avec la Russie seront considérés comme nuls", a déclaré hier lundi au quotidien Kommersant Richard Perle, un des principaux conseillers du secrétaire américain à la Défense Donald Rumsfeld. Perle a cependant affirmé qu'il appartenait "bien sûr au nouveau gouvernement irakien" d'en décider. "Mais je serais surpris que la Russie obtienne le même soutien de la part des nouvelles autorités irakiennes que celui dont elle jouissait à l'époque de Saddam Hussein", a-t-il cependant ajouté.

La Russie, qui avait signé notamment d'importants contrats pétroliers en Irak, était l'un des chefs de file au Conseil de sécurité de l'ONU, avec la France et l'Allemagne, de l'opposition à la guerre en Irak sans mandat des Nations unies. Par ailleurs, Perle a dit douter de la véracité des démentis russes concernant des accusations de coopération militaire entre la Russie et l'Irak.
Synthèse L'Economiste

Casablanca,28Avril2003
info
L'Economiste


Géographie
Quelques Repères
A Voir en Jordanie
Vue d'Ensemble
Foires & Salons
Adresses Utiles
Médias de 1stjordan
Impact de 1stjordan
La 1stjordan Card
Revue de Presse
Traçabilité fruits et légumes, Gestion commerciale fruits et légumes, Etiquetage fruits et légumes
www.informia.fr
Exotica - Fleuriste Vente en ligne
www.exotica.com.lb
Ingénierie et Conseil Liban
www.spectrumlb.com
Bijouterie Liban
www.nsoulijewelry.com
Hotel à Beyrouth, Liban
acropolishotel.com
Location vacances
maisons-vacances.fr
Agence web France, Déploiement Drupal
ebizproduction.com
Arab Printing Press Liban
www.arab-printing-press.com
Hotel Beyrouth Liban
www.hotelcavalier.com
Hotels en Syrie
www.chamhotels.com