A
- Agencement de
Magasins
- Agences de Publicité
- Agences de Voyages
- Alimentation &
Boissons
- Appartements
Meublés
- Architectes
- Architecture
Intérieure / Décoration
- Artisanat
- Assurances


B
- Banques
- Beauté
- Bijouteries


C
- Cafés
- Commerce
- Consultants


D
- Décoration &
Ameublement
- Décoration Extérieure


E
- Environnement /
Traitement Déchets
- Equipements de
Bureaux / Electronique
- Equipement : service
alimentaire, traiteur,
cuisine, blanchisserie


F
- Fleuristes


H
- Hotels 3
- Hotels 4 & 5


I
- Immobilier
- Imprimeries
- Industrie
- Informatique
- Internet


L
- Location de voitures
- Loisirs
- Luminaires


M
- Médias
- Messageries Rapides


P
- Patisseries Orientales,
Patisseries, Chocolats


R
- Restaurants


S
- Securité
- Santé / Technologie
- Services Financiers
- Supermarchés


T
- Télécommunication &
Téléphonie
- Transport










 


 
Retour aux Archives Retours aux infos
English Version

Culture: Deux artistes, deux continents: un seul but

L’Ambassade du Canada et la galerie ‘4walls’ de l’hôtel Sheraton à Amman présentent jusqu’au 5 juin prochain une exposition photographique intitulée ‘Dialogues de Paix’ réunissant les œuvres de deux artistes originaires de deux continents diamétralement opposés, mais réunis par un même idéal de paix.

C’est en présence de SE l’Ambassadeur du Canada en Jordanie, M. Roderick Bell, du vice-consul canadien M Eric Mercier, que s’est déroulé mercredi 7 mai dernier dans la galerie ‘4walls’ le vernissage de cette exposition. Farouk Kaspaules et Denis Rousseau, tous deux artistes-photographes canadiens mais venant d’horizons aux antipodes (respectivement irakien exilé au Canada et canadien pure souche) ont pourtant en commun un même message de paix face à la guerre, aux armes et à l’arbitraire. « C’est un appel vibrant à la paix qui transcende les frontières géographiques et culturelles » résume Salam Hawa, critique d’art canadien. Toutefois, c’est par une approche différente qu’ils font passer leurs messages.

Farouk, qui a exposé en Egypte, au Québec, au Canada, au Chili, au Brésil, en Angleterre, en Hongrie, travaille la photographie et les images imprimées sur vélin à l’acrylique et combine les techniques de la sérigraphie, du dessin et de la peinture. Ces oeuvres sont réalisées sur différents supports de toile, de vélin, de coton et de feuilles d’aluminium. Tout, chez lui, passe par un langage visuel qui s’exprime à travers le symbolisme en brassant des éléments des cultures anciennes avec ceux de nos cultures dites ‘modernes’.

Ses diverses origines Sumérienne, Chaldéenne et Arabe ont certainement influencé son art. Ses sujets abordent la guerre, la violence, l’identité et la marginalité. En effet, les œuvres présentes dénoncent l’oppression que subissent les peuples de sa terre natale et l’opposition entre la guerre et les innocents écrasés par les injustices.

Les paisibles scènes bucoliques entrent en choc frontal avec les éléments guerriers ( artillerie, avion chasseur ) qui y font intrusion. Ce licencié des Beaux-arts et d’Histoire de l’Art de l’Université d’Ottawa au Canada dépeint les valeurs vraies autour desquelles son peuple construit son avenir depuis la nuit des temps : huttes de paille et de roseau, scènes de pêche qui restent le seul refuge d’une vie. C’est avant tout un artiste engagé contre le racisme et pour la défense de la liberté. « L’acte politique dans l’art est intimement lié à la vie quotidienne » explique-t-il.

Vivant au Canada depuis vingt ans loin de son pays, son identité culturelle s’en est d’autant plus renforcée, comme si l’éloignement avait soudé son appartenance à ses traditions. D’un autre côté, le Canadien francophone Denis Rousseau qui expose au Québec, au Canada, aux Etats-Unis, préfère saisir les symboles de la vulnérabilité de la condition humaine. Ses photographies en couleur sur papier nous interpellent mais d’une autre façon que celle de Farouk Kaspaules : il met en contraste les symboles que l’esprit occidental prend pour acquis : justice-injustice ( la justice aux yeux bandés et tachée de sang ), beauté et solitude ( solitude au centre d’un magnifique jardin ), obligeant ainsi le public à se remettre en question face à ces notions. Tandis que ce québécois qui vit et travaille à Montréal, crie sa révolte contre la mentalité occidentale qui affiche un air satisfait mais ignorant, Kaspaules nous emmène vers un retour aux sources pour nous remémorer la richesse de l’histoire face à un avenir incertain en Irak.

Avec des techniques différentes mais partageant un seul et même but, ces deux artistes ont le mérite de nous faire réagir et de nous rappeler que la paix doit se gagner, qu’elle n’est jamais acquise d’avance.

Amman,19Mai2003
Léticia Franiau-al Sharaia
The Star


Géographie
Quelques Repères
A Voir en Jordanie
Vue d'Ensemble
Foires & Salons
Adresses Utiles
Médias de 1stjordan
Impact de 1stjordan
La 1stjordan Card
Revue de Presse
Traçabilité fruits et légumes, Gestion commerciale fruits et légumes, Etiquetage fruits et légumes
www.informia.fr
Exotica - Fleuriste Vente en ligne
www.exotica.com.lb
Ingénierie et Conseil Liban
www.spectrumlb.com
Bijouterie Liban
www.nsoulijewelry.com
Hotel à Beyrouth, Liban
acropolishotel.com
Location vacances
maisons-vacances.fr
Agence web France, Déploiement Drupal
ebizproduction.com
Arab Printing Press Liban
www.arab-printing-press.com
Hotel Beyrouth Liban
www.hotelcavalier.com
Hotels en Syrie
www.chamhotels.com