A
- Agencement de
Magasins
- Agences de Publicité
- Agences de Voyages
- Alimentation &
Boissons
- Appartements
Meublés
- Architectes
- Architecture
Intérieure / Décoration
- Artisanat
- Assurances


B
- Banques
- Beauté
- Bijouteries


C
- Cafés
- Commerce
- Consultants


D
- Décoration &
Ameublement
- Décoration Extérieure


E
- Environnement /
Traitement Déchets
- Equipements de
Bureaux / Electronique
- Equipement : service
alimentaire, traiteur,
cuisine, blanchisserie


F
- Fleuristes


H
- Hotels 3
- Hotels 4 & 5


I
- Immobilier
- Imprimeries
- Industrie
- Informatique
- Internet


L
- Location de voitures
- Loisirs
- Luminaires


M
- Médias
- Messageries Rapides


P
- Patisseries Orientales,
Patisseries, Chocolats


R
- Restaurants


S
- Securité
- Santé / Technologie
- Services Financiers
- Supermarchés


T
- Télécommunication &
Téléphonie
- Transport










 


 
Retour aux Archives Retours aux infos
English Version

Euromed : L’avenir de l’industrie textile au cœur des débats

· La Tunisie et la Turquie signeront un accord de libre-échange en marge de cette conférence

Le commissaire européen au Commerce international Pascal Lamy est aujourd’hui en Tunisie pour assister à la conférence euro-méditerranéenne sur l’avenir de l’industrie textile et de l’habillement qui sera présidée par le ministre tunisien du Commerce Mondher Zenaïdi. L’événement regroupera les ministres du commerce de l’UE et du bassin méditerranéen pour examiner les défis auxquels l’industrie du textile et de l’habillement sera confrontée après la disparition le 1er janvier 2005 des quotas restants à l’OMC.

Avant le départ pour Tunis, Pascal Lamy a déclaré que «pour rester compétitif dans le secteur textile et habillement, il faut créer une zone de libre-échange et d’investissement intégrée autour du bassin méditerranéen. C’est en unissant nos forces que nous ferons du 1er janvier 2005 le début de nouvelles opportunités pour ce secteur industriel important.». Au programme de la conférence, les ministres vont examiner les moyens de renforcer la compétitivité de la zone Euromed afin qu’elle soit capable d’attirer des investissements; elle sera également l’occasion de discuter sur les questions relatives au développement durable, à la concurrence et à la lutte contre la contrefaçon. Les débats s’articuleront également autour des questions de l’intégration régionale du secteur Euromed. Les résultats de cette rencontre seront repris dans une déclaration finale. En marge de la conférence, la Tunisie et la Turquie vont signer l’accord de libre-échange récemment conclu entre elles.

Rappelons que l’UE est le plus grand exportateur mondial de produits textile et le deuxième exportateur mondial d’habillement après la Chine. Les produits textile et d’habillement sont la principale activité industrielle et le plus grand employeur au Maroc, en Egypte, en Tunisie et en Turquie. Les textiles sont également les principales exportations pour la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Syrie, la Tunisie et la Turquie. L’UE a conclu des accords d’association avec tous ses partenaires méditerranéens, à l’exception de la Syrie où les négociations s’approchent de la conclusion. L’UE a une union douanière avec la Turquie.

- Pascal Lamy, le commissaire européen pour le Commerce

----------------------------------

Le textile a un avenir dans la zone Euromed - Par Pascal LAMY

Pascal Lamy, Commissaire européen chargé du commerce international: Les entreprises européennes ne doivent pas se replier sur elles-même face à la concurrence du sud méditerranéen, mais au contraire tirer profit de la nouvelle ouverture (Ph. AFP)

LE 31 décembre de cette année marquera la disparition définitive des restrictions quantitatives au commerce international des produits du textile et de l’habillement, conformément à une décision prise en 1995 lors du dernier cycle des négociations à l’Organisation mondiale du commerce (Cycle Uruguay).

A trois mois de la date, cette échéance suscite des inquiétudes, ce qui est bien compréhensible, même si depuis dix ans nous nous préparons à cet évènement. On entend parler d’hégémonie chinoise, de délocalisations, de pratiques déloyales. Ces inquiétudes sont d’autant plus grandes dans les pays méditerranéens, que le secteur textile-habillement occupe une place prépondérante, que ce soit en termes d’emploi (3,7 millions de personnes des pays méditerranéens du Sud et de l’Est travaillent dans ce secteur) ou en termes d’exportations. C’est la raison par laquelle, nous, ministres du Commerce de la zone euroméditerranéenne, nous réunissons aujourd’hui à Tunis pour examiner les moyens dont nous disposons pour faire face ensemble à ce nouveau défi.

· Grosse progression des Sud-Méditerranéens

Ce processus qui touche à sa fin est irréversible et va continuer à modifier les conditions de la concurrence internationale dans le secteur du textile et de l’habillement. Depuis les années 80, on a assisté à une forte progression de la régionalisation des échanges sous l’effet conjugué des politiques préférentielles mises en place par les pays industrialisés dont l’UE, et d’une nouvelle organisation de la production axée sur l’importance du «juste à temps» dans la commercialisation des produits textile-habillement. Ainsi, les importations européennes en provenance des pays méditerranéens ont été multipliées par quatre entre 1988 et 2003 (en passant de moins de 4 milliards à plus de 16 milliards d’euros). Ce qui se traduit par une part de marché en 2003 équivalente à 23%.

Est-ce à dire que la partie est perdue (pour les pays de l’UE) face à des économies émergentes dotées d’insondables réserves de main-d’œuvre peu coûteuse et capables de mobiliser des technologies avancées? Je ne pense pas!

L’industrie textile européenne et méditerranéenne doit et peut tirer profit de l’ouverture des marchés au niveau mondial. Les négociations en cours à l’Organisation mondiale du commerce offrent la possibilité de parvenir à un meilleur équilibre des conditions d’échanges, en accompagnant la suppression des quotas par une réduction des protections tarifaires. Cela peut être le cas, dans le haut de gamme, sur le marché nord-américain. Et c’est ma conviction, l’avenir de l’industrie textile réside aussi dans la conquête de nouveaux marchés. Nous pouvons accroître les échanges Nord-Sud, mais aussi Sud-Sud.

L’industrie textile euroméditerranéenne a des atouts et des avantages compétitifs à valoriser. La région méditerranéenne dispose de facteurs de production combinant coûts raisonnables, qualité, proximité par rapport au marché européen. En revanche, elle souffre d’un déficit d’attractivité des investissements. En 2002, les pays méditerranéens ont attiré seulement 1,5% des investissements directs à l’étranger (IDE) de l’UE. Nous devons nous attaquer aux causes de ce manque d’attractivité, et créer un environnement favorable aux investissements: par la modernisation des infrastructures, par l’ouverture des services, par la facilitation du commerce pour permettre une meilleure circulation des marchandises dans la zone ou encore par l’amélioration de l’accès au financement des PME. Ces évolutions font partie des réformes par ailleurs nécessaires de la gouvernance économique et politique.

En outre, la création d’une grande zone de libre-échange euroméditerranéenne permettra de développer les échanges, pour autant que les réformes soient aussi mises en œuvre. L’UE poursuit sa politique d’intégration régionale de la région méditerranéenne avec le processus Euromed. La création d’un vaste marché intégré est une condition pour encourager l’investissement. Un pas essentiel a été franchi en juillet 2003 à Palerme lors de la conférence Euromed avec l’adoption d’un nouveau «passeport commun» pour les échanges des marchandises dans toute la zone. Ces règles d’origine identique à tous les pays permettront d’élargir la base d’approvisionnement à une zone comprenant une quarantaine de pays. Un autre pas important est donné aujourd’hui avec la signature de l’accord de libre-échange entre la Tunisie et la Turquie (NDLR : pour une raison inconnue, le Commissaire ne cite pas l’accord entre le Maroc et la Turquie, qui entre en vigueur dans trois mois).

Enfin, la concurrence croissante pose d’importants défis du point de vue du développement durable. L’ouverture commerciale ne doit pas se faire au détriment des conditions de travail ou de l’environnement. Il faut éviter que le non-respect des normes sociales et environnementales soit utilisé comme un avantage compétitif. Nous souhaitons donc promouvoir des méthodes de production de textile/habillement qui respectent les normes environnementales et les normes sociales.

· Attention à la réaction américaine face à la Chine

Un dernier mot à propos de la Chine: nous avons mis en place un dialogue avec les Chinois sur le commerce textile pour examiner les moyens d’éviter dans la mesure du possible, et dans l’intérêt de l’UE et de la Chine, un recours aux différentes mesures de sauvegarde en notre disposition, en cas de perturbation du marché européen suite à la progression des exportations chinoises. En plus du dialogue institutionnel, les milieux d’affaires européen et chinois établissent des contacts de plus en plus étroits.

Nous sommes également attentifs à ce qui se passe de l’autre côté de l’Atlantique où le syndrome chinois fait grimper l’audimètre. Si les Etats-Unis adoptaient des mesures protectionnistes, le risque existe d’un détournement vers le marché européen d’une partie des exportations asiatiques qui n’auraient plus accès au marché américain. Une telle initiative américaine serait évidemment préjudiciable au système commercial multilatéral et l’UE serait obligée de prendre les mesures qui s’imposent.

Je préfère pour ma part bâtir une stratégie offensive basée sur un plus grand accès aux marchés internationaux et couplée à des conditions de concurrence loyale et des règles communes pour tous les acteurs, plutôt qu’une stratégie de repli sur soi

La réunion d’aujourd’hui offre une bonne occasion pour approfondir la réflexion sur les moyens d’aller de l’avant. Pour la zone euroméditerranéenne, le textile-habillement est une industrie d’avenir dans l’économie mondialisée de demain.
------------------------------------------------------
NB : Les intertitres sont de la rédaction de L’Economiste

Casablanca,04Octobre2004
Pascal LAMY
L'Economiste


Géographie
Quelques Repères
A Voir en Jordanie
Vue d'Ensemble
Foires & Salons
Adresses Utiles
Médias de 1stjordan
Impact de 1stjordan
La 1stjordan Card
Revue de Presse
Traçabilité fruits et légumes, Gestion commerciale fruits et légumes, Etiquetage fruits et légumes
www.informia.fr
Exotica - Fleuriste Vente en ligne
www.exotica.com.lb
Ingénierie et Conseil Liban
www.spectrumlb.com
Bijouterie Liban
www.nsoulijewelry.com
Hotel à Beyrouth, Liban
acropolishotel.com
Location vacances
maisons-vacances.fr
Agence web France, Déploiement Drupal
ebizproduction.com
Arab Printing Press Liban
www.arab-printing-press.com
Hotel Beyrouth Liban
www.hotelcavalier.com
Hotels en Syrie
www.chamhotels.com