A
- Agencement de
Magasins
- Agences de Publicité
- Agences de Voyages
- Alimentation &
Boissons
- Appartements
Meublés
- Architectes
- Architecture
Intérieure / Décoration
- Artisanat
- Assurances


B
- Banques
- Beauté
- Bijouteries


C
- Cafés
- Commerce
- Consultants


D
- Décoration &
Ameublement
- Décoration Extérieure


E
- Environnement /
Traitement Déchets
- Equipements de
Bureaux / Electronique
- Equipement : service
alimentaire, traiteur,
cuisine, blanchisserie


F
- Fleuristes


H
- Hotels 3
- Hotels 4 & 5


I
- Immobilier
- Imprimeries
- Industrie
- Informatique
- Internet


L
- Location de voitures
- Loisirs
- Luminaires


M
- Médias
- Messageries Rapides


P
- Patisseries Orientales,
Patisseries, Chocolats


R
- Restaurants


S
- Securité
- Santé / Technologie
- Services Financiers
- Supermarchés


T
- Télécommunication &
Téléphonie
- Transport










 


 
Retour aux Archives Retours aux infos
English Version

Euromed - Nouvel agenda avec 3 axes : Enseignement, croissance économique, démocratie et droits de l’homme

Par Benita FERRERO WALDNER, Commissaire européenne aux Relations extérieures

Berceau de la culture européenne, la région méditerranéenne a noué depuis la nuit des temps avec l’Europe des liens complexes.

Il y a 10 ans, les ministres des Affaires étrangères européens et méditerranéens se réunissaient à Barcelone pour réaffirmer ensemble leur toute nouvelle alliance.

Depuis lors, en tant que ministre des Affaires étrangères d’Autriche et maintenant en tant que commissaire européen aux Relations extérieures, j’ai assisté à presque toutes les rencontres ministérielles Euromed. J’ai pu observer la concrétisation progressive du discours d’union des peuples de la région euroméditerranéenne et de leur ambition de créer un partenariat neuf et vigoureux.

· «Barcelone a renforcé nos relations»

Nous avons connu des succès mais aussi des échecs. Mais quel que soit le résultat de la partie, à la fin de cette première décennie, le Processus de Barcelone a renforcé nos relations et permis la mise en place d’une série d’accords entre l’UE et chacun de ses partenaires méditerranéens: nous pouvons maintenant nous appuyer sur ces fondements pour continuer à construire l’édifice. Si le Processus de Barcelone n’existait pas, il faudrait l’inventer.

En 1995, nos objectifs étaient de construire un partenariat capable de garantir la stabilité et la prospérité. Nous souhaitions à la fois stimuler les efforts déployés par les pays méditerranéens pour améliorer la situation des droits de l’homme et des libertés politiques et favoriser la compréhension mutuelle entre nos sociétés. Nous nous sommes donc fixés l’objectif ambitieux de développer une zone de libre-échange d’ici 2010.

Dix ans après, nos objectifs sont toujours les mêmes, mais de nouvelles approches et de nouveaux efforts seront sans doute nécessaires pour les atteindre.

La Commission européenne a défini cette semaine un agenda pour les cinq prochaines années. Il s’agit d’une proposition que je souhaiterais examiner avec mes partenaires lors de notre rencontre au mois de mai prochain, et également lors de la conférence extraordinaire prévue en novembre pour célébrer le 10e anniversaire de ce partenariat. Le programme de travail que nous proposons comporte trois orientations principales: l’enseignement, la croissance et la réforme économique, la démocratie et les droits de l’homme.

L’enseignement est un secteur vital dans une région où un tiers de la population est âgé de moins de quinze ans. L’absence d’un enseignement de haut niveau pour tous, en particulier pour les femmes et les jeunes filles, compromet gravement le développement de la région. Concernant l’UE, j’estime que nous devons faire plus encore pour soutenir ce secteur vital, et je propose d’augmenter de 50% le montant de l’assistance financière consacrée à l’enseignement et à la formation professionnelle.

J’ai également l’intention de lancer un vaste programme de bourses universitaires en Europe destinées aux étudiants méditerranéens, avec un quota réservé aux femmes. J’engage vivement mes partenaires méditerranéens à essayer de réaliser d’ici 2015 trois objectifs fondamentaux: l’éradication de l’analphabétisme, l’accès égal à l’enseignement pour les filles et les garçons, et la généralisation de l’accès à l’école primaire.
En matière économique, le Partenariat Euromed a pleinement réussi à jeter les bases du libre-échange pour les produits industriels. La situation est plus mitigée concernant l’objectif de créer un véritable marché régional, capable de doper les investissements et la croissance et de réduire la fracture économique entre l’Europe et ses voisins.

· La ZLE «plus 5 millions d’emplois»

Cinq millions de nouveaux emplois sont nécessaires pour satisfaire les besoins de la jeunesse méditerranéenne. L’objectif de créer une zone de libre-échange d’ici 2010 n’est pas uniquement une question de promesse politique: les emplois et la richesse que ceux-ci vont générer sont essentiels pour la prospérité et de toute évidence pour la stabilité de la région.

Au cours des cinq années qui nous restent avant 2010, nous devons arriver à un consensus sur une feuille de route contenant les actions nécessaires pour que la zone de libre-échange devienne une réalité, non seulement pour les produits industriels mais aussi pour les services et les produits agricoles, dont la proportion atteint 60% du PNB des pays méditerranéens. Le montant des investissements étrangers dans la région reste très bas, et les pays méditerranéens doivent faire plus d’efforts pour aider les compagnies étrangères à s’installer sur leur territoire.

Je propose que nous nous mettions d’accord pour commencer les négociations sur la libéralisation de ces secteurs vitaux au cours de la seconde moitié de cette année. Dans le domaine des services et du système régulateur, l’objectif est de démarrer avec les partenaires qui souhaitent adopter un accord régional de ce type, et d’augmenter la taille du groupe au fur et à mesure que d’autres pays sont intéressés. Dans le domaine de l’agriculture, nous devrions nous mettre d’accord sur une feuille de route visant à atteindre un haut degré de libéralisation pour tous les produits, avec seulement quelques exceptions.

· Favoriser le Sud-Sud

Pour tirer le meilleur parti de ces propositions, les pays méditerranéens doivent s’efforcer de favoriser la coopération Sud-Sud dans la région: sans cette condition, notre objectif ne sera pas atteint en 2010.

Qu’en est-il de notre troisième orientation? L’UE estime que la démocratie, la liberté, la bonne gouvernance, l’Etat de droit et l’égalité des sexes sont des éléments essentiels pour un développement humain et économique durable. Notre démarche n’est pas d’imposer des réformes mais de les soutenir, elle n’est pas de donner des leçons mais de partager des expériences. C’est pourquoi le programme de travail inclut en 2006 une conférence spéciale, afin que nous puissions discuter ensemble des possibilités concrètes de collaboration sur ces thèmes dans la région.

De plus, la Commission européenne propose de créer un fonds nouveau, le Fonds pour la démocratie, destiné à fournir un soutien aux partenaires souhaitant progresser dans leurs réformes politiques. Si nos partenaires acceptent nos propositions, nous aurons tous du pain sur la planche pour les cinq prochaines années. Notre récompense sera la création d’un partenariat bénéfique pour tous nos peuples, et la perspective d’un avenir meilleur.

--------------------------------------------------------------------------------

«Si Barcelone n’existait pas»

La Commission de l’Union européenne a rendu publique hier sa proposition pour aménager le processus de Barcelone, pour les cinq prochaines années. Ce processus est vertement critiqué, autant en Europe qu’au sud de la Méditerranée, spécialement au Maroc. Pourtant, écrit la commissaire chargée des Relations extérieures de l’UE, «si Barcelone n’existait pas, il faudrait l’inventer».
Le processus arrive cette année à la fin d’un cycle et doit en commencer un autre, d’où la proposition de la Commission. On notera que cette proposition est simplifiée, plus ciblée et plus concrète que ne l’est le mécanisme en cours.

NB: Le titre et les intertitres sont de la rédaction de L’Economiste

Casablanca,25Avril2005
Rédaction
L'Economiste


Géographie
Quelques Repères
A Voir en Jordanie
Vue d'Ensemble
Foires & Salons
Adresses Utiles
Médias de 1stjordan
Impact de 1stjordan
La 1stjordan Card
Revue de Presse
Traçabilité fruits et légumes, Gestion commerciale fruits et légumes, Etiquetage fruits et légumes
www.informia.fr
Exotica - Fleuriste Vente en ligne
www.exotica.com.lb
Ingénierie et Conseil Liban
www.spectrumlb.com
Bijouterie Liban
www.nsoulijewelry.com
Hotel à Beyrouth, Liban
acropolishotel.com
Location vacances
maisons-vacances.fr
Agence web France, Déploiement Drupal
ebizproduction.com
Arab Printing Press Liban
www.arab-printing-press.com
Hotel Beyrouth Liban
www.hotelcavalier.com
Hotels en Syrie
www.chamhotels.com