A
- Agencement de
Magasins
- Agences de Publicité
- Agences de Voyages
- Alimentation &
Boissons
- Appartements
Meublés
- Architectes
- Architecture
Intérieure / Décoration
- Artisanat
- Assurances


B
- Banques
- Beauté
- Bijouteries


C
- Cafés
- Commerce
- Consultants


D
- Décoration &
Ameublement
- Décoration Extérieure


E
- Environnement /
Traitement Déchets
- Equipements de
Bureaux / Electronique
- Equipement : service
alimentaire, traiteur,
cuisine, blanchisserie


F
- Fleuristes


H
- Hotels 3
- Hotels 4 & 5


I
- Immobilier
- Imprimeries
- Industrie
- Informatique
- Internet


L
- Location de voitures
- Loisirs
- Luminaires


M
- Médias
- Messageries Rapides


P
- Patisseries Orientales,
Patisseries, Chocolats


R
- Restaurants


S
- Securité
- Santé / Technologie
- Services Financiers
- Supermarchés


T
- Télécommunication &
Téléphonie
- Transport










 


 
Retour aux Archives Retours aux infos
English Version

Les kamikazes d'Amman oeuvraient en couple

Les attentats en Jordanie confirment la banalisation des attaques suicides.

Les suicides en couple, pour cause de naufrage sentimental, étaient chose connue. Mais l'opération kamikaze conjugale à motivation géopolitique semble bien être une première. C'est en tout cas ce qu'avaient programmé les terroristes auteurs des attaques meurtrières de mercredi contre trois hôtels de luxe d'Amman. «Je m'appelle Sajida Mabrouk Atrous Rishawi, née en 1970 à Ramadi (Irak). Je suis entrée en Jordanie avec mon mari le 5 novembre avec des passeports irakiens falsifiés.»

Les autorités jordaniennes ont annoncé dimanche l'arrestation de l'épouse de l'un des trois kamikazes irakiens. Et diffusé à la télévision ses aveux. La séquence montrée par la télévision jordanienne commence par quelques images muettes, où l'on voit une femme à la tête couverte d'un foulard blanc ouvrir son manteau noir pour montrer une ceinture d'explosifs attachée autour de sa taille. Puis, elle raconte son histoire : La norme universelle

Son ton est calme, très calme. «En Jordanie, nous avons loué un appartement et il (son mari) avait deux ceintures explosives. Il en a mis une, m'a fait mettre l'autre et m'a appris comment l'utiliser.» Puis, le couple a pris un taxi pour l'hôtel Radisson. «Nous nous sommes mis chacun dans un coin. Il y avait un mariage, des femmes, des hommes et des enfants. Mon mari a réussi à se faire exploser, moi j'ai essayé mais je n'ai pas pu, ça n'a pas explosé. J'ai vu les gens courir et s'enfuir de l'hôtel. Je me suis enfuie comme eux.»

Selon Amman, les auteurs des attentats seraient tous irakiens, deux jeunes hommes d'une vingtaine d'années et un homme de 35 ans. Sajida Rishawi était l'épouse de ce dernier, Ali Hussein al-Shammari. Et la soeur d'un «important terroriste, Samer Moubarak Rishawi, un des bras droits de Zarqaoui, récemment tué à Faludja en Irak». Selon la police jordanienne, les ceintures explosives pesaient entre cinq et dix kilos et contenaient des billes de métal «pour faire le plus de victimes possibles».

Une ressource inépuisable

Derrière cette sinistre tuerie «en famille», se confirme l'effrayante banalisation des attentats suicide. Par effet de doctrine ou de simple imitation, le mode opératoire «al-Qaida» est devenu la norme universelle de l'action terroriste. Outre la dimension kamikaze, il se caractérise par des actions coordonnées et quasi simultanées, sur plusieurs objectifs voisins : quatre avions à New York, trois gares à Madrid, quatre bombes à Londres, cinq lieux de loisirs à Casablanca, trois restaurants à Bali, trois hôtels à Amman...

La ressource humaine disponible pour le «martyre» paraît inépuisable. Et la dimension suicidaire semble encore plus incom préhensible si l'on considère la banalité de certaines attaques menées sur ce mode tous les jours en Irak. D'autant que la cause paraît aussi floue que folle. Le «kamikaze» palestinien a une motivation de proximité, avec le sentiment de vivre une situation d'oppression au quotidien et de s'immoler pour sa terre, sa famille. Le djihadiste international, lui, se sacrifie pour une communauté virtuelle et mythique, l'Oumma, opprimée par les «juifs ou les croisés».

Ce rituel sacrificiel confirme la dimension sectaire et apocalyptique de la mouvance d'Oussama Ben Laden. A Casablanca, Londres ou Bali, il suffit de quelques prêches et cassettes vidéo pour laver le cerveau d'un jeune «ordinaire» et l'envoyer à la mort. «L'objectif est bien la rupture avec le reste du monde, commente Alain Chouet, ancien cadre de la DGSE, il faut le sang des victimes mais aussi le sang des exécutants érigés en martyrs.»

Par ce rituel assassin, al-Qaida montre ses capacités de mobilisation et sa maîtrise du champ médiatique. Mais masque peut-être aussi une certaine faiblesse, puisqu'aucun régime arabe apostat – sa cible première – n'a encore chuté sous ses coups.

Amman,20Novembre2005
Rédaction
Le Figaro


Géographie
Quelques Repères
A Voir en Jordanie
Vue d'Ensemble
Foires & Salons
Adresses Utiles
Médias de 1stjordan
Impact de 1stjordan
La 1stjordan Card
Revue de Presse
Traçabilité fruits et légumes, Gestion commerciale fruits et légumes, Etiquetage fruits et légumes
www.informia.fr
Exotica - Fleuriste Vente en ligne
www.exotica.com.lb
Ingénierie et Conseil Liban
www.spectrumlb.com
Bijouterie Liban
www.nsoulijewelry.com
Hotel à Beyrouth, Liban
acropolishotel.com
Location vacances
maisons-vacances.fr
Agence web France, Déploiement Drupal
ebizproduction.com
Arab Printing Press Liban
www.arab-printing-press.com
Hotel Beyrouth Liban
www.hotelcavalier.com
Hotels en Syrie
www.chamhotels.com