A
- Agencement de
Magasins
- Agences de Publicité
- Agences de Voyages
- Alimentation &
Boissons
- Appartements
Meublés
- Architectes
- Architecture
Intérieure / Décoration
- Artisanat
- Assurances


B
- Banques
- Beauté
- Bijouteries


C
- Cafés
- Commerce
- Consultants


D
- Décoration &
Ameublement
- Décoration Extérieure


E
- Environnement /
Traitement Déchets
- Equipements de
Bureaux / Electronique
- Equipement : service
alimentaire, traiteur,
cuisine, blanchisserie


F
- Fleuristes


H
- Hotels 3
- Hotels 4 & 5


I
- Immobilier
- Imprimeries
- Industrie
- Informatique
- Internet


L
- Location de voitures
- Loisirs
- Luminaires


M
- Médias
- Messageries Rapides


P
- Patisseries Orientales,
Patisseries, Chocolats


R
- Restaurants


S
- Securité
- Santé / Technologie
- Services Financiers
- Supermarchés


T
- Télécommunication &
Téléphonie
- Transport










 


 
Retour aux Archives Retours aux infos
English Version

La Jordanie, le royaume de toutes les aventures

Encerclée par l'Irak, la Syrie, Israël, la Cisjordanie et l'Arabie Saoudite, la Jordanie ressemble à l'oeil d'un ouragan dans le contexte politique et religieux du Proche-Orient. Malgré les tourbillons de violence qui secouent la région, le visiteur - la femme aussi - se sent bienvenu et en sécurité dans ce pays qui célébrait il y a une semaine les 60 ans de son royaume.

En effet, le 25 mars 1946, la Transjordanie devenait la Jordanie et le roi Abdallah 1er était couronné. Cet anniversaire ne devrait cependant pas faire oublier que l'histoire du royaume hachémite de l'actuel roi Abdallah II demeure intimement liée à celle du Proche-Orient et que, conséquemment, elle s'avère d'une richesse culturelle millénaire.

Pétri de multiples contrastes, le pays révèle, dans ses écrins de pierres et de sable, des bijoux aux effluves mystérieux : Pétra, la cité rose du désert ; les montagnes du Wadi Rum, d'où le légendaire Lawrence d'Arabie a soulevé les Bédouins dans l'espoir utopique de créer une nation arabe ; le mont Nébo, où Moïse serait enterré, et Béthanie, où Jésus a été baptisé ; sans oublier la mer Morte, où chaque baigneur peut flotter et s'enduire d'une boue minérale bienfaitrice, ce qui représente assurément la façon la plus relaxante de mettre un terme à un périple en terre jordanienne.

Contrée aride au peuple chaleureux, la Jordanie propose aux amateurs d'histoire, d'archéologie, de plein air, de spiritualité et de détente des expériences uniques qui, bien que différentes à première vue, finissent par se fondre et se confondre. Car découvrir la Jordanie, c'est non seulement voyager dans l'histoire, c'est aussi accepter de voyager à l'intérieur de soi, afin de se laisser charmer par tout ce que ce pays arabe a à offrir.

Marcher Pétra

Pour vraiment s'imprégner de la Jordanie, il faut y marcher, encore et encore. L'exercice prend tout son sens à Pétra, la cité nabatéenne vieille d'environ 2000 ans, déclarée site du patrimoine mondial de l'UNESCO, en 1985.

Elle ne se dévoile toutefois pas au premier venu, ni au premier regard. Pour y arriver, on doit passer par un rite de passage obligé et prenant : s'enfoncer dans le Sîq, cette étroite fissure naturelle se déroulant sur près de deux kilomètres et qui mène à la Khazneh (le Trésor), révélant enfin, au tournant d'un dernier méandre, la splendide façade de grès rosé du tombeau du roi Aréthas III ou IV, selon les divers experts, qui n'arrivent toujours pas à s'entendre sur la question.

C'est que les Nabatéens, tout comme leur nécropole, demeurent entourés de mystère. La première preuve de leur présence à Pétra date de 312 av. J.-C., alors qu'Antigone, l'un des généraux d'Alexandre le Grand, a tenté, sans succès, de les en déloger. Venant vraisemblablement du Yémen, les Nabatéens y étaient sûrement déjà établis depuis un certain temps. Pétra étant stratégiquement située à la jonction des routes commerciales reliant l'Asie, le bassin méditerranéen et la péninsule arabique, les Nabatéens ont été, à leur apogée, au coeur du commerce de l'encens, de la myrrhe et des épices et ce, pendant plus de 300 ans (du IIe siècle av. J.-C. au Ier siècle de notre ère).

Cette part d'inconnu ajoute à l'indéniable pouvoir de séduction de Pétra, qui s'étend sur une quarantaine de kilomètres carrés, et où 800 tombeaux et monuments attendent les visiteurs férus d'histoire et avides de ressentir les lieux. La cité nabatéenne ne se découvre cependant pas en une heure ou deux. Pour bien s'en imprégner, il est impératif de s'y perdre - idéalement accompagné d'un guide, car il est réellement facile de s'y égarer - pendant au moins deux jours. Sur la soixantaine de guides professionnels qui travaillent à Pétra, deux parlent français. On profitera au maximum de leurs connaissances (à raison de 80 $ à 100 $CAN pour six heures, ou 15 $ pour une heure) en explorant avec eux autre chose que la ville basse. Sinon, un bon livre sur Pétra (le Guide Bleu sur la Jordanie, entre autres) fera, à la limite, l'affaire. Les conversations avec les Bédouls éparpillés sur le site, qu'ils soient artisans (certains créent de véritables oeuvres d'art avec du sable de diverses couleurs qu'ils coulent et mélangent dans des bouteilles) ou vendeurs d'eau, de roches ou de breloques, permettent aussi aux visiteurs curieux d'en apprendre plus sur Pétra et ses habitants, dont plusieurs se targueront d'ailleurs d'être des descendants.

L'itinéraire de base permet de découvrir la ville basse, où vivaient et marchandaient les Nabatéens et où l'on peut s'asseoir dans le théâtre creusé il y a 2000 ans à même la falaise et pouvant accueillir 3000 spectateurs. Surplombant le secteur, la falaise de la Khubta présente certaines des façades les plus spectaculaires de Pétra, toutes taillées de haut en bas. Les Tombeaux à l'Urne (transformé en église en 447), bigarré, corinthien et à étages se côtoient dans un enchaînement qui laisse bouche bée devant tant d'ampleur. Un peu plus loin s'élève dans le roc l'un des rares tombeaux à être datés et identifiés : celui d'un des légats de la province d'Arabie, Sextus Florentinus, qui a été édifié autour de l'an 130 de notre ère. De là, on a ensuite aisément accès à une église byzantine aux intéressants pavements de mosaïque (les quatre saisons y sont entre autres représentées), avant de traverser le Cardo Maximus (la voie pavée) pour se rendre au Qasr el Bint, le temple consacré à Dushara, la principale divinité masculine du panthéon nabatéen, mariant une architecture d'aspect gréco-romaine à un plan oriental.

Plusieurs autres trajets sortent quant à eux de ces sentiers disons plus battus - même s'ils demeurent très révélateurs - trajets que chacun choisira selon le degré de difficulté de la marche ou selon le nombre d'heures qu'il a devant soi. De nombreux hommes se feront un plaisir, moyennant quelques dinars (il est d'ailleurs de bon ton de négocier), de vous y promener à dos d'âne ou de dromadaire. Une option non négligeable quand on veut maximiser son temps à Pétra et atteindre des tombeaux ou monuments plus reculés, comme l'incontournable Deir. L'impressionnant monastère se trouve au sommet de 800 marches creusées dans un paysage à littéralement couper le souffle...

Non seulement le site est-il vaste, mais il est des endroits où il est impossible de ne pas prendre une pause, que ce soit en grimpant vers le haut lieu du Sacrifice, pour profiter d'une saisissante vue plongeante sur la falaise de la Khubta, ou pour vibrer à l'écho du passé de ces impressionnantes parois sculptées aux étonnants jeux de couleurs.

Peu importe l'itinéraire choisi, il est recommandé de se pointer tôt le matin pour éviter la foule (3000 visiteurs par jour peuvent entrer sur le site, maximum) et entreprendre, avant que le soleil ne plombe, certaines des ascensions plus exigeantes. Cela dit, les couleurs les plus intéressantes se développent au cours de l'après-midi. La lumière est si crue, le matin, que la façade de la Khazneh, par exemple, en devient délavée. Vers 16 h, le soleil se faisant moins direct, le grès se nuance de teintes rosées irrésistibles et inoubliables, qui feront le bonheur de tous les photographes.

Amman,10Avril2006
Rédaction
Cyberpress


Géographie
Quelques Repères
A Voir en Jordanie
Vue d'Ensemble
Foires & Salons
Adresses Utiles
Médias de 1stjordan
Impact de 1stjordan
La 1stjordan Card
Revue de Presse
Traçabilité fruits et légumes, Gestion commerciale fruits et légumes, Etiquetage fruits et légumes
www.informia.fr
Exotica - Fleuriste Vente en ligne
www.exotica.com.lb
Ingénierie et Conseil Liban
www.spectrumlb.com
Bijouterie Liban
www.nsoulijewelry.com
Hotel à Beyrouth, Liban
acropolishotel.com
Location vacances
maisons-vacances.fr
Agence web France, Déploiement Drupal
ebizproduction.com
Arab Printing Press Liban
www.arab-printing-press.com
Hotel Beyrouth Liban
www.hotelcavalier.com
Hotels en Syrie
www.chamhotels.com