A
- Agencement de
Magasins
- Agences de Publicité
- Agences de Voyages
- Alimentation &
Boissons
- Appartements
Meublés
- Architectes
- Architecture
Intérieure / Décoration
- Artisanat
- Assurances


B
- Banques
- Beauté
- Bijouteries


C
- Cafés
- Commerce
- Consultants


D
- Décoration &
Ameublement
- Décoration Extérieure


E
- Environnement /
Traitement Déchets
- Equipements de
Bureaux / Electronique
- Equipement : service
alimentaire, traiteur,
cuisine, blanchisserie


F
- Fleuristes


H
- Hotels 3
- Hotels 4 & 5


I
- Immobilier
- Imprimeries
- Industrie
- Informatique
- Internet


L
- Location de voitures
- Loisirs
- Luminaires


M
- Médias
- Messageries Rapides


P
- Patisseries Orientales,
Patisseries, Chocolats


R
- Restaurants


S
- Securité
- Santé / Technologie
- Services Financiers
- Supermarchés


T
- Télécommunication &
Téléphonie
- Transport










 


 
Retour aux Archives Retours aux infos
English Version

Les pays du sud de la Méditerranée se tournent de plus en plus vers le nucléaire

Les pays du sud de la Méditerranée, producteurs d’hydrocarbures ou non, marquent un intérêt croissant pour le nucléaire afin d’assurer leur indépendance énergétique au cours du XXIe siècle.

« Les pays maghrébins et l’Égypte montrent un intérêt croissant pour le nucléaire, car ils savent qu’au cours du siècle, les énergies fossiles se tariront », a fait valoir Jacques Percebois, directeur du Centre de recherche en économie et droit de l’énergie (Creden) de Montpellier (sud de la France).

« L’énergie de demain c’est le charbon ou le nucléaire, et comme le premier pose des problèmes environnementaux, c’est donc naturellement vers le second qu’ils se tournent pour le long terme », a-t-il dit à l’AFP.

À l’heure actuelle, la grande majorité des centrales électriques d’Égypte, de Libye et d’Algérie fonctionnent au gaz qui se trouve dans leur sous-sol. La Tunisie comme la Turquie utilisent aussi le fuel. Le Liban et la Syrie ont opté également pour ce carburant et le Maroc pour une combinaison d’énergie thermique (charbon, gaz, fuel), hydraulique et éolienne.
Mais tous « sentent la nécessité de diversifier leur bouquet énergétique et d’avoir le nucléaire civil dans leur palette. On ne peut exclure que certains n’aient pas dans la tête l’idée de passer un jour au nucléaire militaire avec le retraitement des déchets », avertit Jacques Percebois.

Un « échange préliminaire » sur la construction de centrales nucléaires au Maroc a été amorcé avec le groupe français Areva, lors de la récente visite du président français Nicolas Sarkozy dans le royaume. Des « échanges généraux » sont en cours avec la Libye, selon Areva.

Par ailleurs, le ministre algérien de l’Énergie et des Mines, Chakib Khelil, avait affirmé avant de se rendre fin octobre à Paris qu’il allait parler du nucléaire civil.

Nicolas Sarkozy a déclaré que la France était « prête à aider tout pays qui veut se doter de l’énergie nucléaire civile. Il n’y a pas une énergie de l’avenir pour les pays occidentaux et des pays d’Orient qui n’auraient pas le droit d’y accéder ».
La Tunisie a conclu de son côté avec la France, en décembre 2006, un accord pour l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire. Elle prévoit de se doter d’une centrale nucléaire d’une capacité de 900 mégawatts en 2020. Le groupe Areva a été approché.

Plus à l’est, l’Égypte avait annoncé fin octobre son intention de construire plusieurs centrales nucléaires, relançant un programme civil gelé depuis 20 ans. Il s’agirait d’ériger d’ici à 2022 quatre centrales ayant une énergie totale « équivalente à 7 millions de tonnes de pétrole ». La première devrait entrer en fonctions en 2017.

Quant à Israël, il compte construire une centrale nucléaire de production d’électricité d’une capacité de 1 000 mégawatts d’un coût estimé à 1,5 milliard de dollars, avait indiqué en février 2007 le PDG de la compagnie israélienne d’électricité.
Au nord de la Méditerranée, le nucléaire ne fait pas l’unanimité. La Turquie a voté le 9 novembre une loi autorisant la construction des premières centrales nucléaires, après une séance houleuse. Elle en veut trois d’une capacité totale d’environ 5 000 mégawatts qui devraient être opérationnelles en 2012 pour réduire sa dépendance énergétique.

L’Albanie envisage aussi de recourir au nucléaire pour devenir une « superpuissance énergétique » dans la région des Balkans, a déclaré le 9 novembre le Premier ministre albanais Sali Berisha. Ce pays a besoin de 18 millions de kilowatts par jour et n’en produit que 5,5 millions.

La Bulgarie et la Roumanie possèdent des centrales, dont certaines ont dû fermer, et en Espagne le nucléaire assure 26 % de l’énergie du pays.

En revanche, la Grèce n’a pas recours au nucléaire et l’Italie a voté en 1987 par référendum la sortie du nucléaire civil : ses quatre centrales ont été arrêtées en 1990.

Marseille,19Novembre2007
Rédaction
L'Orient-Le Jour


Géographie
Quelques Repères
A Voir en Jordanie
Vue d'Ensemble
Foires & Salons
Adresses Utiles
Médias de 1stjordan
Impact de 1stjordan
La 1stjordan Card
Revue de Presse
Traçabilité fruits et légumes, Gestion commerciale fruits et légumes, Etiquetage fruits et légumes
www.informia.fr
Exotica - Fleuriste Vente en ligne
www.exotica.com.lb
Ingénierie et Conseil Liban
www.spectrumlb.com
Bijouterie Liban
www.nsoulijewelry.com
Hotel à Beyrouth, Liban
acropolishotel.com
Location vacances
maisons-vacances.fr
Agence web France, Déploiement Drupal
ebizproduction.com
Arab Printing Press Liban
www.arab-printing-press.com
Hotel Beyrouth Liban
www.hotelcavalier.com
Hotels en Syrie
www.chamhotels.com